Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Présentation de la DIR Est
 

La réforme des routes


 
 

La loi de décentralisation du 13 août 2004 a abouti à la création des DIR.

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 octobre 2010 (modifié le 6 février 2012)

Depuis cette date, l’organisation du réseau routier national a changé.

  • Environ 18 000 km de routes d’intérêt local ont été transférés aux départements ainsi que l’ensemble des agents et des moyens financiers consacrés auparavant à la gestion de ces routes.
  • L’Etat a conservé sous sa responsabilité le seul réseau principal structurant, essentiel pour l’économie du pays. Il représente au total 11 800 km de routes nationales et d’autoroutes non concédées (gratuites) ainsi que 8 000 km d’autoroutes concédées à des sociétés privées.

Pour gagner en efficacité, cette transformation s’est donc concrétisée par une réorganisation des services routiers de l’État :

  • Les directions départementales de l’Équipement (DDE) qui intervenaient auparavant dans la gestion des routes n’existent plus. En effet, l’échelle départementale n’était plus du tout adaptée, il n’était plus possible de gérer le nouveau réseau par petits bouts. Aujourd’hui, les DDT ont repris certaines missions des ex-DDE mais elles ne s’occupent plus du tout de routes.
  • Ce sont les nouvelles directions interdépartementales des routes (DIR) qui sont donc responsables du réseau routier resté sous la responsabilité de l’Etat : il n’y en a que 11 en France. Elles sont opérationnelles depuis 2006. En effet, une organisation par grands itinéraires permet d’offrir un service plus homogène aux usagers notamment en matière de viabilité et d’information.
  • Le pilotage des nouveaux projets d’investissements lourds sur le réseau routier national revient quant à lui aux directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). Il y en a 21 en France.

Plan du réseau des 11 DIR