Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Circuler en hiver

Comment réduire l’impact du sel sur l’environnement ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 31 octobre 2012


Le sel peut se retrouver dans l’environnement par différentes voies dont la première qui vient à l’esprit est l’utilisation sur la chaussée.

Or l’impact du salage sur l’environnement est indéniable.

Exemple : sur la biodiversité, des études ont démontré que le sel affecte les abris de la faune, qu’il contribue à former une pâte asphyxiante pour les racines des végétaux et qu’on le retrouve dans l’eau des lacs.

L’un des principaux objectifs de la DIR Est est de s’inscrire dans le cadre des réformes environnementales, en particulier dans ce domaine.
Il n’est en effet plus possible de continuer à mettre du sel dans les quantités utilisées auparavant.

Il faut donc changer les habitudes de salage pour réduire le sel épandu.

La première mesure mise en œuvre par la DIR Est est la réduction des dosages de sel lors des opérations de déneigement.

Ainsi, des consignes de traitement par salage ont été données aux agents de la DIR Est. Elles diffèrent en fonction du phénomène météorologique à traiter mais dans la plupart des cas, les agents de la DIR Est doivent doser le sel entre 10 et 15 g/m2.

Par ailleurs, le traitement de la neige s’effectue essentiellement en raclage. Il faut bien comprendre que le sel n’est pas la solution miracle à tout : il ne déneige pas à lui seul et il ne sert à rien en dessous de - 6°.

Une méthode écologique, moins agressive pour l’environnement est l’utilisation autant que possible du sable et du gravier plutôt que du sel.
Elle sera étudiée lors des prochaines saisons car elle suppose que les usagers soient pleinement avertis et soient équipés.


Retour aux questions